AutoK7 : Les experts de l’ANEA ont été bien inspirés d’aller se choisir un président de l’âge de Macron

L’image de l’expert en automobile pour le consommateur a encore du chemin à faire car on ne le connait pas forcément. Il intervient sur de multiples angles comme accompagner le particulier pour acheter un véhicule d’occasion.

Christophe Bourroux, pour AutoK7, recevait François Mondello, nouveau Président de l’Anea, le 23 mars 2017. Extraits

François Mondello nouveau président de l'Anea et les membres du comité directeur

Les membres du comité directeur de l’Anea. Au centre au 1er rang François Mondello, président de l’Anea, à gauche Christophe Theuil, président délégué, à droite Johann Lebihan, vice-président.

Pour François Mondello, sa première action en tant que président c’est l’ouverture au particulier. « La démarche existait déjà chez les experts en automobile de l’Anea mais elle doit prendre un nouvel essor, être beaucoup plus présente. Parce que pour une fois il y a un réel besoin, c’est un marché où la demande existe déjà. Il reste à créer un lien plus fort entre l’expert en automobile et le consommateur. Les réseaux sociaux autour de l’expertise en automobile nous y aideront et nous permettront de toucher chaque particulier au moment où il en a le besoin. L’Anea fédère 600 entreprises d’expertise en automobile. Il y a près de 4000 experts en France; c’est un nombre suffisant par rapport à un marché qui est en plein développement ».

L’expert s’adapte aux transformations. Et son image est en train de changer. Le consommateur, qui hier ne connaissait pas forcément l’expert, comprend aujourd’hui que faire appel à un expert ce n’est pas que pour les assurances ou quand il a un accident. « C’est aussi pour diagnostiquer une voiture qu’on a vue sur le Bon Coin ou ailleurs. Ce regard que peut avoir le consommateur sur l’expert c’est plutôt un regard d’évaluateur qui peut l’accompagner dans une démarche d’achat d’un véhicule d’occasion.

Carré expert Auto expertise et label véhicule d'occasionLa solution packagée Carré Expert Auto développée par ANEA Recherches & Développement permet d’accompagner le propriétaire lors de l’acquisition de son véhicule. Effectivement c’est un coût de l’ordre d’une centaine d’euros en fonction du besoin que vous avez en termes d’accompagnement. Mais il ne faut pas oublier qu’une partie des véhicules qui sont achetés font l’objet d’ouvertures de dossiers de protections juridiques avec tout ce qui circule. Se voir confronté à une mauvaise affaire est très présent. Et dans ce cas quel est le coût d’une situation qui va au tribunal et devient complexe ? L’expert est un investissement finalement, une garantie pour le particulier qui fait appel à lui.

La force des experts c’est de s’être adaptés et formés au fur et à mesure (via la structure de formation intégrée Ifor2a) aux nouvelles technologies des véhicules électriques, hydrogènes qui sont encore marginaux mais les experts ont déjà des habilitations B0L pour traiter les véhicules électriques. D’autres outils sont à disposition comme les valises diagnostics qui permettent aux experts d’interroger les véhicules et de faire leurs diagnostics. Les experts traitent aujourd’hui 3 millions de sinistres par an ; c’est donc autant d’occasions de pouvoir contrôler les véhicules et d’évaluer leur potentiel. La mission de l’expert ne se cantonne pas à la mission d’évaluation, c’est aussi la capacité d’avoir un œil averti sur tous les éléments du véhicule et sur tous les points de vigilance pour assurer un sécurité routière. C’est très complémentaire du contrôle technique qui n’intervient que tous les deux ans.

Les voitures sont de plus en plus âgées ; selon les statistiques des assurances elles varient de 7 à 10 ans. Et c’est une réalité économique, entretenir un véhicule a un coût, c’est le 3ème poste de dépenses des ménages. Les mentalités changent aussi. La voiture n’est plus forcément vue comme un patrimoine mais comme un simple moyen de locomotion (on le voit avec les véhicules électriques ou autonomes) ou comme un objet qu’on va utiliser jusqu’au bout. Or on a tendance aujourd’hui à laisser son véhicule vieillir et les entretiens ne sont plus au niveau qu’on pourrait en attendre. Les éléments d’usure traditionnels (raclettes d’essuie-glace, pneumatiques, plaquettes de frein, …) qui participent à la sécurité du véhicule sont très souvent pointés du doigt comme défaillants lors de nos expertises. Nous avons rarement de statistiques de corrélation entre l’état du parc et la sinistralité sauf qu’on sait évidemment que l’état du véhicule conditionne son comportement à générer ou pas un accident. Une voiture dont le liquide de frein est usé aura une distance de freinage plus importante. Selon le Code de la Route un véhicule en circulation doit être en bon état. Or c’est de moins en moins le cas. »

 

Analyse, conseil et diagnostic en toute transparence et en toute indépendance

Où trouver un expert partenaire Carré Expert Auto

Voir la vidéo du service Carré Expert Auto

 

Publié dans Actualités VO, Carré Expert Auto, Coté presse Tagués avec : , , , , ,